Articles avec #actualites tag

Actualités juin 2017

16 Juin 2017 , Rédigé par collectif FLE sud est Publié dans #ACTUALITES

ACTUS

1) Bilan de la mobilisation contre l'arrêt des formation ETAPS, le mercredi 14 juin 2017 devant la Région:

- Autour de 200 personnes présentes ( formateurs , stagiaires , salariés d'OF...)

- Présence de France 3 et la Provence ( un reportage a été diffusé hier soir sur France 3 et un article publié dans la Provence dans les jours qui viennent)

- La délégation n'a pas été reçue par l'exécutif régional mais celui-ci a promis qu'une réunion de travail se tiendrait avant le 30 juin ( la date exacte devrait être communiquée par mail dès demain ).

Ci-dessous le lien avec une pétition relayant les mots d'ordre de la mobilisation, merci de la signer et de la faire circuler au plus grand nombre.

N'hésitez pas à transmettre ces informations à des salariés ou organismes qui ne figureraient pas dans la liste des destinataires ci-dessus.

Soyons encore plus nombreux lors de la prochaine mobilisation!!!!"

Lien avec la pétition

2) Une offre d'emploi nous a été envoyée. Voir rubrique correspondante.
 
3) Le 30 juin prochain, une table ronde sur "L'accueil des réfugiés en Allemagne et en France" se déroulera au Parvis des Arts, à Marseille, de 14h à 16h30.
Elle est co-organisée par la Chaire d'études méditerranéennes du LabexMed, l'Observatoire des Relations euro-méditerranéennes de la MMSH, le Centre franco-allemand de Provence et le Parlement européen.
Elle réunira cinq intervenants (voir l'affiche jointe) et sera animée par Vincent Geisser, chercheur à l'IREMAM.
 
4) France terre d’asile a élaboré, avec le soutien du Ministère de l’Intérieur et de divers partenaires, « Ensemble en France », un parcours de formation en ligne à destination des étrangers et de ceux qui les accompagnent.

Cette plateforme pédagogique est gratuite et ouverte à tous:

https://www.ensemble-en-france.org/

Le but du parcours est de permettre aux migrants de mieux comprendre la République, ses principes et ses valeurs à l’aide de vidéos, de quiz, de cas pratiques, d’interviews de personnalités et de témoignages d’étrangers venus des quatre coins du monde. Il est entièrement bilingue français et anglais et les vidéos sont sous-titrées en arabe.

Les cours seront accessibles à partir du 19 juin 2017.

A tester... Nous attendons vos retours et commentaires.

 

5) Refugee Food Festival

Marseille • 17 - 23 juin

"Quand les restaurants confient leurs cuisines à des chefs réfugiés."

Initiative citoyenne créée par l'association Food Sweet Food, et co-organisée avec le HCR (l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés), le Refugee Food Festival est un événement itinérant qui propose de confier les cuisines de restaurants à des chefs réfugiés. Grâce au pouvoir universel de la cuisine, le festival a 3 objectifs principaux : changer le regard sur le statut de réfugié, offrir un tremplin aux chefs réfugiés en facilitant leur accès à l'emploi, et faire découvrir des cuisines venues d'ailleurs.

http://www.refugeefoodfestival.com/francais

 

 

 
 
 
Lire la suite

Offre d'emploi

16 Juin 2017 , Rédigé par collectif FLE sud est Publié dans #OFFRES D'EMPLOI, #ACTUALITES

URGENT: recherche enseignant de FLE qualifié
Cours de perfectionnement de la langue pour des lycéens américains de niveau avancé (3+ ans de francais)
 
Du 3 au 30 juillet au lycée de la Merci
6 matins par semaine (9h-12h30)
Pour un salaire de 1900-2200 euros selon expérience
 
Lire la suite

« Derrière les fronts : Résistance et Résilience en Palestine » mardi 16 mai 2017 à 20h

3 Mai 2017 , Rédigé par collectif FLE sud est Publié dans #ACTUALITES

             « Derrière les fronts : Résistance et Résilience en Palestine »

le mardi 16 mai 2017 à 20h au cinéma* Les Variétés*, 37 rue Vincent Scotto 13001 Marseille (tarif habituel du cinéma)

La séance sera suivie par un débat en présence de la réalisatrice Alexandra
Dols, du personnage principal du documentaire, la docteure Samah Jabr, et
d'une partie de l'équipe du film.

                           *DERRIÈRE LES FRONTS*   (1h56 - vost fr)

Le documentaire *"Derrière les fronts : résistance et résilience en
Palestine"* terminé en novembre dernier, est un film sur les conséquences
invisibles de la colonisation : l’occupation intime, celle de l’espace
mental.

« *Derrière les fronts*, propose un cheminement dans nos esprits et sur les
routes de Palestine, en compagnie de la psychiatre psychothérapeute et
écrivaine palestinienne Dr. Samah Jabr. Dans l’héritage du Dr. Frantz
Fanon, psychiatre anticolonialiste, elle témoigne des stratégies et
conséquences psychologiques de l'occupation et des outils des
palestinien-nes pour y faire face.

Dans ce film à plusieurs voix, des extraits de chroniques, d'interviews et
d'échappées poétiques dansent *aux corps-à-corps* avec l'invisible des rues
et paysages palestiniens. De cette Palestine fragmentée, des femmes et des
hommes aux multiples identités partagent leurs résistances et résiliences.

Parce que la colonisation au quotidien n’est pas seulement celle des
terres, du ciel des logements et de l’eau, elle ne cherche pas simplement à
s’imposer par les armes, mais travaille aussi les esprits, derrière les
fronts ! »

Ici, vous trouverez des extraits du film : Derrière les fronts
<https://www.youtube.com/playlist?list=PLGZyE3ZyBhxs7FfSEHPyBWFD65Z17NZr1>

[image:
https://ci5.googleusercontent.com/proxy/GvMygbokh8o0Ozk1eOO7WQ0lBPwu5YM5hREk4IBYVcqYlzdssYExHDkxjNP9r6M3-uPoooh2nhaNXPLMzgHEJyuYR3WR42KoNgXDx5SkdSrZ9SjGrbvC=s0-d-e1-ft#https://s.yimg.com/nq/storm/assets/enhancrV2/23/logos/youtube.png]
 

*Derrière les fronts*
Le Dr. Samah Jabr est *née à Jérusalem-Est, elle y vit et travaille dans
plusieurs villes de Cisjordanie. Elle a dirigé le Centre
Médico-Psychiatrique de Ramallah et aujourd’hui est à la tête de l’unité de
service de santé mentale en Palestine.

Son champ d’activités inclut également la formation aux professionnels de
la santé mentale palestiniens et internationaux et participe, avec
l’association israélienne PCATI - Comité public contre la torture en Israël
- à un travail de collecte de témoignages de personnes qui ont été
torturées.

Parallèlement, elle écrit depuis la fin des années 90 et contribue
actuellement au *Washington Report on Middle East Affairs* et au *Middle
East Monitor*. Ses chroniques traduites en français, bénéficient d’une
large diffusion par des sites internet journalistiques, politiques,
confessionnels, académiques ou scientifiques et transcendent les clivages
habituels.


Evénement Facebook :
https://www.facebook.com/events/247353859070074/

https://www.facebook.com/Derri%C3%A8re-les-fronts-le-film-1121117904604648/

https://www.youtube.com/user/orfeul88

Lire la suite

URGENT - Appel à témoignages. Salaires et Conditions de travail des formateurs.

26 Mars 2017 , Rédigé par collectif FLE sud est Publié dans #TEMOIGNAGES, #DROIT DES FORMATEURS, #ACTUALITES

Bonjour à toutes et à tous,

Le collectif a récemment été informé que de nombreux formateurs
intervenants dans les diverses structures et organismes de formations
de la région PACA  faisaient face à de récurrents retards dans le
paiement de leur salaire.
 
Il semblerait que les retards accumulés des différents financeurs
publics, n'honorant pas toujours en temps et en heure leurs
engagements de paiement en soient la principale cause. Se faisant, la
trésorerie interne de nombreuses structures ainsi mise à mal, ne
permettrait pas toujours la rémunération des salariés aux échéances
légales.
 
Cette situation intolérable pour quiconque ne saurait être banalisée!
Aujourd'hui ce sont des femmes, des hommes, des parents qui n'arrivent
plus à faire face aux frais de leur foyer, ou qui n'arrivent tout
simplement pas à se projeter sans craindre qu'un prélèvement bancaire
ne leur soit refusé faute de provision sur leur compte.
 
Nous souhaiterions avoir davantage de retours afin de pouvoir être en
mesure de pousser plus loin l'investigation et peut-être alerter les
autorités concernées sur la situation actuellement vécue par de trop
nombreux formateurs de la région.
 
Faites nous part de votre situation, car c'est ensemble que nous
aurons plus de force pour défendre nos droits.
 
Le collectif FLE.
Lire la suite

Offre d'emploi - Est de la Guinée

16 Mars 2017 , Rédigé par collectif FLE sud est Publié dans #OFFRES D'EMPLOI, #ACTUALITES

FRANCE EDUCATION en Guinée recherche un enseignant FLE
Durée : CDI 6 mois renouvelables, poste vacant à pourvoir immédiatement
Lieu: Site minier à l'Est de la Guinée
Rémunération : 800 euros / mois
Avantages : billet d'avion aller-retour, logement, nourriture, formalités de visa
Mission :Formation FLE pour expatriés
-Enseignement du FLE/ FOS , public adulte, toutes nationalités, A1-C2 du cadre européen
-Participation à la création de matériels pédagogiques et à la conception d’outils d’évaluation

Formation/Expérience : Diplômé(e) d’études universitaires (Bac+4/5) FLE souhaité. Une première expérience dans l’enseignement réussie à l’étranger sera prise en considération. Expérience de 2 ans
dans l’enseignement du FLE/S, FOS souhaitée

Savoir faire :
▪Communiquer dans un contexte culturel différent
▪Evaluer les attentes et les besoins des publics concernés; Maîtriser les outils pédagogiques adaptés aux publics concernés
▪Très bonne culture générale exigée: Compétence avérée en pédagogie; Maîtrise parfaite de la langue française indispensable; Maîtrise de l’anglais (B1
minimum souhaité); Bonne connaissance du CECRL 
Qualités personnelles :
▪Dynamisme
▪Rigueur
▪Sens du contact
▪Bonnes capacités d’adaptation à l’étranger et de vie en communauté
▪Adaptation aisée à des niveaux et des publics d’apprenants très variés

Exigences du poste :
▪Les cours ont lieu du lundi au samedi, à des horaires variables mais généralement le soir entre17h00 et 20h00. Le dimanche, à la demande des apprenants
▪Les cours sont dispensés sur le site minier, l’enseignant vit également sur ce site
▪Passeport en cours de validité

Conditions de recrutement :
Un dossier de candidature (CV + photo, copie de passeport en cours de validité, lettre de candidature, copies diplômes, attestation de travail ou de stage, etc.) est à adresser uniquement par voie électronique à l’adresse suivante : France.education@hotmail.fr















FRANCE EDUCATION GUINEE cherche professeur FLE


Durée : CDI 6 mois à pourvoir immédiatement sur site minier en Guinée (Haute-Guinée)
Rémunération : 800 euros / mois
Avantages : transport aller-retour, logement, nourriture, formalités de visa


Mission :
Sous la tutelle de la Directrice de France Education, l’enseignant(e) dispensera une formation
linguistique aux expatriés d’un site minier situé à l’est de la Guinée 
Enseignement du FLE/ FOS , public adulte, toutes nationalités, A1-C2 du cadre européen
Participation à la création de matériels pédagogiques et à la conception d’outils d’évaluation
Participation aux inscriptions par des tâches pédagogiques (tests de positionnement)


Formation/Expérience : 
Diplômé(e) d’études universitaires (Bac+4/5) FLE. 
Une première expérience dans l’enseignement réussie à l’étranger sera prise en considération.
Expérience de 2 ans dans l’enseignement du FLE/S, FOS


Savoir faire :
▪Communiquer dans un contexte culturel différent
▪Evaluer les attentes et les besoins des publics concernés
▪Maîtriser les outils pédagogiques adaptés aux publics concernés
▪Maîtrise des technologies de l’information etde leur intégration dans la production pédagogique
▪Aptitude à l’innovation pédagogique(veille, suivi, expérience)


Très bonne culture générale exigée:
▪Compétence avérée en pédagogie
▪Maîtrise parfaite de la langue française (parlé, lu, écrit) indispensable.
Maîtrise de l’anglais (B1 minimum souhaité)
▪Maîtrise des outils bureautiques courants
▪Bonne connaissance du Cadre Européen Commun de Référence (CECR)


Qualités personnelles :
▪Dynamisme, disponibilité esprit d’initiative. Autonome et responsable.
▪Rigueur et sens de l’organisation/planification.
▪Qualités relationnelles,sens du contact et du travail en équipe
▪Bonnes capacités d’adaptation à l’étranger et de vie en communauté
▪Adaptation aisée à des niveaux et des publics d’apprenants très variés


Exigences du poste :
▪Les cours ont lieu du lundi au samedi, à des horaires variables mais généralement le soir entre17h00
et 20h00. Le dimanche, à la demande des apprenants
▪Les cours sont dispensés sur le site minier, l’enseignant vit également sur ce site
▪Passeport en cours de validité


Conditions de recrutement :
Un dossier de candidature (CV + photo, copie de passeport en cours de validité, lettre de candidature,
copies diplômes, attestation de travail ou de stage, etc.) est à adresser uniquement par voie électronique à l’adresse suivante :
France.education@hotmail.fr


www.facebook.com/france.education.guinee




FRANCE EDUCATION
Exigences du poste :
▪Les cours ontlieu dulundiau samedi, à des horairesvariables mais généralementlesoir entre17h00
et 20h00. Le dimanche, à la demande des apprenants
▪Les cours sontdispensés sur le site minier, l’enseignantvitégalementsurcesite
▪Passeportetvaccin fièvre jauneen cours de validité
Conditions de recrutement :
Un dossier de candidature (CV + photo, copie de passeport en cours de validité, lettre de candidature,
copies diplômes, attestation de travail ou de stage, etc.) est à adresser uniquement par voie
électronique avant le 24 février 2017 à l’adresse suivante :
France.education@hotmail.fr
Note : Seuls les candidats sélectionnés seront contactés
 
Lire la suite

Nouveautés 2016 : Obtention de titre de séjour et niveaux de français requis

11 Janvier 2017 , Rédigé par collectif FLE sud est Publié dans #ACTUALITES, #DROIT DES ETRANGERS

C'est officiel, bien qu'on n'en entende pas trop parler...

Pour l’obtention d’une carte de séjour pluriannuelle, la progression vers le niveau A1 est nécessaire. Il n'est plus question du A1.1 et du DILF.
Le niveau A2 sera nécessaire, à partir du 7 mars 2018, pour obtenir la carte de résident.

Les textes officiels sont à lire ici :

Le titre de séjour pluriannuel - la carte de résident

9 novembre 2016

La loi du 7 mars 2016 conditionne notamment la délivrance des titres de séjours (titre pluriannuel, carte de résident…) à la connaissance de la langue française dans le cadre de la signature du contrat d’intégration républicaine (CIR). Des formations linguistiques sont proposées par l’Etat.

Le titre pluriannuel de séjour

Après un an de séjour en France, à échéance de la carte de séjour annuelle ou du visa long séjour valant titre de séjour (VLS TS), la loi prévoit désormais la délivrance d’un titre de séjour pluriannuel valable  pour une durée de 2 à 4 ans.

Pour les étrangers primo-arrivants signataires d’un contrat d’intégration républicaine (CIR) auprès de l’OFII, la délivrance de ce titre de séjour est conditionnée :

  • au suivi sérieux et assidu des formations prescrites. Le sérieux est notamment attesté par la progression vers le niveau A1 écrit et oral en français (prouvée par l’écart entre le test initial et le test final d’évaluation) ;
  • au non-rejet des valeurs de la société et de la République française.

Pour progresser vers le niveau A1, des parcours de formation linguistiques de 50, 100 ou 200 heures sont prescrits par l’auditeur de l’OFII lors de la signature du CIR.

La carte de résident

La carte de résident de longue durée (10 ans) peut être délivrée à échéance du titre pluriannuel. Parmi les conditions à respecter, figure l’atteinte d’un niveau de langue française qui sera du niveau A2 écrit et oral à compter du 7 mars 2018.

Pour atteindre ce niveau, un parcours de formation de 100 heures peut être suivi par l’étranger primo-arrivant. La formation est dispensée par l’IFRA (Institut de formation Rhône-Alpes) sur tout le territoire national. Elle devra être sanctionnée par l’obtention d’un test ou d’un diplôme certifiant, à la charge de l’étranger primo-arrivant.

 

Pour en savoir plus

 ► Loi du 7 mars 2016 relative au droit des étrangers en France

 

Source : http://www.immigration.interieur.gouv.fr/Accueil-et-accompagnement/Apres-le-contrat-d-integration-republicaine-CIR/Le-titre-de-sejour-pluriannuel-la-carte-de-resident


Partagez :


http://www.immigration.interieur.gouv.fr/Accueil-et-accompagnement/Apres-le-contrat-d-integration-republicaine-CIR/Le-titre-de-sejour-pluriannuel-la-carte-de-resident

 

 

Lire la suite

Journée Réseau Hospitalité : Groupe langue

3 Octobre 2016 , Rédigé par collectif FLE sud est Publié dans #ACTUALITES

Compte-rendu Groupe Langue/ Journée Réseau Hospitalité

samedi 17 septembre 2016

Présence du collectiffle à la journée organisée par le réseau hospitalité en partenariat rapproché avec la Cimade. Une cinquantaine de personnes étaient présentes parmi lesquelles des bénévoles de la formation linguistique, des formateurs indépendants, des étudiants, le CRI, l'Université d'Aix et de nombreuses associations et organismes (formation linguistique, accueil et orientation des migrants, logement) telles que mot à mot, la Cimade, le Cada, Welcome, la Croix rouge, Transcultures, l'Asti, le Sufle, le Centre social d'Endoume, Didac'Ressources, comité citoyen nyonsais des réfugiés, la Pep 13, le Gisti...).

La matinée a été consacrée à la présentation rapide des personnes présentes et notamment de trois acteurs : le Cri, le Collectiffle et l'Université d'Aix (Stéphanie Clerc Conan-sociodidacticienne, cf Powerpoint accessible bientôt via le blog du collectiffle).

Des pistes de réflexion ont été listées afin d'organiser des tables rondes l'après-midi :

Table ronde sur la formation (continue et 'initiale') des formateurs bénévoles, sur le partage des 'bonnes' pratiques et des outils à mettre en œuvre

Notes de Stéphanie Clerc Conan

1. Édification de principes didactiques et éthiques fondateurs d’une Charte (ou Code de déontologie) : les postures du formateur, le regard sur les apprenants, leurs langues, la circulation de la parole, la relation, la dynamique de groupe…

2. Mise à distance de conceptions, notions (analphabètes…)

3. Didactique contextualisée : qqs principes, approches, comment valoriser la diversité linguistique et culturelle, apprendre les uns des autres

4. Préparer le formateur à l’hétérogénéité, à la prise en compte des conditions de vie, des émotions qui parasitent l’apprentissage

5. Éviter l’infantilisation : comment on s’adresse au public, les situations que l’on étudie : on ne va pas enseigner à prendre le bus à quelqu’un qui a traversé la planète

6. Savoir et oser transposer des compétences personnelles en classe : càd savoir en tant que formateur s’appuyer sur ses propres compétences (ex. une formatrice des AEFTI qui était cuisinière a animé un atelier cuisine avec des migrants (« Du piano à… ? »)

7. Premiers cours : quelles portes d’entrée ?

8. Comment les intéresser, les motiver et les fidéliser ?

9. Apprentissage de la lecture

10.Pratiques : le théâtre (avec écriture de la pièce et mise en scène avec des professionnels), les capsules vidéos, des ressources permettant l’autonomisation, la continuité des apprentissages hors des cours

voir aussi les formations du CRI, de la CIMADE, de l’union des Centres Sociaux, du Centre social d’Endoume, Asso Didac’Ressources, l’UDAF, Mot à mot, Secours Catholique, ACT

Table ronde sur le dispatching des migrants (comment diriger ou rediriger au mieux les migrants nouveaux arrivants ?)

Le dispatching : une idée à préciser, envisager un accueil physique, ou une centralisation des demandes et surtout des offres ?

En fait 2 volets :

  1. Le dispatching des demandeurs de cours de français
  2. Le dispatching des bénévoles

1) :

-Réactualiser très fréquemment les listes des possibilités de formation et de préciser les modalités d’inscription (coût en particulier) et ce qui est proposé.

-Répertoire du CRI n’est pas vraiment adapté pour cela car il n’est pas exclusivement destiné aux migrants mais à toutes personnes en situation d’illettrisme ou d’analphabétisme.

-Idée d’un lieu dédié à ce dispatching avec une équipe constituée qui fasse un travail préalable de lien avec les diverses associations et qui soit aussi « volante » dans le sens de se déplacer jusqu’aux migrants dans certains lieux où ils se retrouvent (exemple de la plateforme d’asile)

-Comment gérer les listes d’attente ?

La liste d’attente n’est pas une solution, cela cause du découragement

-A la CIMADE, lorsqu’une personne appelle demandant un cours, la personne vérifie d’abord où habite le migrant pour l’adresser au plus près de chez lui.

-Pour ce qui est des lieux d’enseignement, chercher du côté des CADA : ils auraient des salles vides et manqueraient de formateurs.

2) :

-Du fait de l’actualité, regain de propositions de bénévoles mais on les a refusés car crainte par rapport à leurs capacités… Gestion sous optimale des candidatures de bénévoles ?

-Procédure de recrutement des bénévoles assez variées

-Ou chercher des bénévoles ? Exemple de RESF qui a des compétences et des connaissances, une réactivité pour trouver des places en formation à divers niveaux (lycée pro, université) lorsque des formations sont incomplètes à la rentrée

-Proposer un 1er contact avec une ou 2 associations d’accord pour accueillir des « observateurs » dans les cours afin d’appréhender a minima ce à quoi on se destine lorsqu’on veut devenir bénévole FLE

-Il faut quand même un minimum d’expérience du monde des migrants et en même temps, on peut avoir de bonnes surprises avec des profils de bénévoles très variés.

-Faut-il envisager la création d’une fonction d’accompagnant pour franchir les étapes ? Depuis le début de l’apprentissage jusqu’à des associations plus spécialisées…

Conclusion

Rester très souple et créer une équipe référente avec des personnes volontaires des structures existantes ou de nouveaux bénévoles pour faire ce double dispatching.

Continuer à soutenir le plaidoyer contre toutes les restrictions dans le domaine de l’accès au français pour les migrants mais démarrer malgré tout cette action dont l’objectif n’est pas de réduire la place des enseignants FLE

Table ronde sur les droits des migrants et des formateurs, les politiques de financement, les contenus des formations, le fonctionnement et la politique des organismes de formation. Plaidoyer

PISTES D'ACTION

  • Nous avons la volonté d'interpeler l’État sur

-L'impossibilité pour des personnes peu ou pas scolarisée de pérenniser leur situation administrative (carte pluriannuelle ou carte de 10 ans) si le niveau A1 est exigé à l'écrit après 200h maximum et si l'A2 est exigé à l'écrit pour la carte de résident ; EXCLUSION INACCEPTABLE.

-Plus d'une centaine de jeunes migrants de moins de 16 ans qui n'ont pas de pas de place dans un établissement scolaire à cette rentrée.

-Le grand nombre d'actions bénévoles qui pallient aux manques de l’État à des endroits qui relèvent de sa responsabilité.

-Et de nombreuses autres choses à formaliser encore !

  • 3 pistes à poursuivre:
  • Communiquer à la presse locale et sur les réseaux sociaux :

Rédaction collective d'un plaidoyer autour de l'évolution de la politique qui concerne le droit des étrangers.

Rq : Stéphanie Clerc Conan a proposé de nous transmettre des textes rédigés dans ce sens en Bretagne.

Projet d'utiliser une plateforme comme we.riseup.net pour élaborer un texte collaboratif.

  • Rédiger une charte du groupe langue du réseau Hospitalité, qui définit l'éthique des individus, structures, salariés, bénévoles intervenant dans l'accompagnement linguistique des migrants.

A priori travaillée collectivement à la prochaine rencontre du groupe langue, à confirmer.

  • Créer un syndicat de formateurs professionnels ou une section FLE d'un syndicat existant : projet amorcé par le collectif FLE, qui pourrait continuer de le porter, en étant toujours ouvert à tous.

Intervention de Stéphanie Clerc Conan : voir ici un résumé de sa contribution en PDF.

Auteurs cités (qui défendent notamment une approche socio-didactique de la formation linguistique) :

Luc Biichlé, Philippe Blanchet, M. Gout, Aude Brétégnier, Noëlle de Smet, H. Walter, Ophélia Garcia

Des ouvrages : Les mots voyageurs, Cher pays de mon enfance, Les identités meurtrières (Amin Maalouf).

Des idées :

"partir des pratiques sociales des apprenants" "leur laisser un espace d'expression sur les représentations du français" "vivre la langue plutôt que l'apprendre" "se dire dans cette langue" "poursuivre une approche plurilingue et travailler sur nos capacités de méta-communication" "être ouvert à l'hospitalité entre les langues, au mélange des langues, au translangage" "questionner nos représentations" "Qu'est-ce que les apprenants ont 'besoin' de dire?" "qu'est-ce que 's'intégrer?" "prendre conscience de la valeur sociale de la langue"

Des supports/outils didactiques : les biographies langagières (fleurs des langues), traduction d'albums en français en différentes langues avec le concours des parents d'apprenants, des travaux d'écriture (poèmes, pièces de théâtre) ...

Lire la suite

À vos fiches de paye !!!

30 Septembre 2016 , Rédigé par collectif FLE sud est Publié dans #ACTUALITES, #DROIT DES FORMATEURS

Formateurs, vos papiers !!!

(Et un peu de concentration, s'il vous plaît)

 

La valeur du point permettant de calculer les salaires minima conventionnels a été majorée de 1% au 1er mars 2016, et le point est donc passé à 104,147 €...

OK, mais ça veut dire quoi concrètement ?

Ça veut dire que vous avez été augmenté sans le savoir ! Et peut-être que votre employeur ne le sait pas non plus (ou fait semblant de ne pas le savoir)...

 - Sortez votre dernière fiche de paye, et cherchez la mention CLASSIFICATION ou NIVEAU HIÉRARCHIQUE ou CATÉGORIE... En tant que formateur, c'est normalement D1, ou D2 si vous avez un peu plus de chance, d'ancienneté ou de luttes syndicales passées dans votre organisme, E1 ou E2 (là c'est rare...). Un emploi de formateur ne peut pas être légalement en-dessous de D1 (c'est-à-dire A, B ou C), mais si vous êtes tout de même dans ces catégories, l'augmentation n'est pas de 1% mais de 3%.

Associé à cette classification, il y a un coefficient (D1=200, D2=220) qui, multiplié par le point d'indice, donne le salaire minima annuel brut... On divise ça par 12 mois pour avoir le salaire minima mensuel brut, puis par 151,67 pour avoir le salaire minima horaire brut...

Donc, pour le niveau D1:

Point d'indice 104,147 x coeff 200 = 20 829,43 euros brut annuel

20 829,43 / 12 mois = 1 735,78 euros brut mensuel

1 735,78 / 151,67 = 11,44 euros brut horaire

 

À savoir que c'est rétroactif....Si votre employeur a "oublié" d'intégrer cette augmentation au 1er avril 2016, il doit vous verser ce qu'il a oublié depuis cette date...

Pour aller plus loin : l'avenant du 10 Mars 2016, et la grille de salaires correspondante.

Lire la suite

Glottophobie : Qu'es aquo? (bis)

13 Mai 2016 , Rédigé par collectif FLE sud est Publié dans #ACTUALITES, #Allophones et éducation nationale

Le 20 avril 2016, le collectif FLE organisait avec les syndicats CNT-SO et Sud Educ' une rencontre-débat avec Stéphanie Clerc Conan, sociodidacticienne des langues-cultures, et enseignante-chercheure à l’Université d’Aix-Marseille

Réécoutez ici un enregistrement de la soirée comme si vous y étiez, et les diapos projetées lors de la soirée...

Glottophobie : Qu'es aquo? (bis)
Lire la suite

L’apprentissage du français participe au développement de la citoyenneté. Ce n’est pas un outil de sélection et d’exclusion !

4 Mai 2016 , Rédigé par collectif FLE sud est Publié dans #ACTUALITES, #TEMOIGNAGES, #DROIT DES ETRANGERS

Communiqué de presse
Le 13 avril 2016
Fédération des Centres sociaux et socioculturels de France, La Cimade, Radya, Secours Catholique – Caritas Fr
ance

Le constat est sans appel : les gouvernements successifs - quelle que soit leur couleur politique - ont fait de l’apprentissage de la langue un moyen de contrôle. Conjointement, ils ont, sous prétexte d’en améliorer l’efficacité, développé une politique d’appel d’offres qui a eu pour effet de concentrer des opérateurs de formation capables de répondre massivement à des procédures standardisées. Ils ont ainsi mis en difficulté des associations de proximité, plus modestes mais souvent riches de leur implication dans les quartiers et de leur approche globale des personnes. S’appuyant sur une logique de mobilisation citoyenne, elles contribuent pourtant à l’accueil de milliers de personnes immigrées et à la construction du lien social. Depuis plusieurs années, ces associations ancrées dans les territoires, leurs salariés et les milliers de bénévoles qui en sont les artisans sont ignorées malgré leurs expériences et connaissances des populations concernées.

De fait, l’État à travers le Ministère de l’Intérieur s’installe dans une politique basée sur le chiffre, autour de dispositifs descendants et inadaptés, conçus par des administrations centrales éloignées du terrain et des réalités sociales.

L’inefficacité de cette politique nous interroge d’autant plus qu’après les évènements de 2015, l’émotion avait permis de partager un questionnement sur la pertinence des politiques d’intégration et de cohésion sociale et de souligner l’importance de travailler finement des réponses locales. Un an après, ces bonnes résolutions semblent oubliées.

Les dispositifs en place s’avèrent souvent excluant, ne permettant pas un accueil personnalisé. Ils tendent à faire de l’apprentissage du français une épreuve pour obtenir une autorisation de rester sur le territoire français au lieu d’être une occasion de « rentrer en citoyenneté ». Actuellement, les non-primo-arrivants, désirant perfectionner leur maîtrise de la langue, sont non seulement exclus des dispositifs publics pris en charge par les organismes de formation, mais ils vont l’être aussi des actions de proximité animées par des formateurs généralement bénévoles.

Toutes ces analyses ont été consignées dans un rapport demandé par le Premier Ministre avec en perspective la création d’une Agence Nationale de la Langue Française. Le rapport finalisé n’a pas été publié. Le projet de création de cette agence, annoncé dans les décisions du Conseil Interministériel pour l’Égalité et la Citoyenneté, semble abandonné...

Devant cette situation, les associations signataires de ce communiqué refusent d’être les actrices d’un tri, d’une sélection. Nous revendiquons l’universalité de l’accès aux actions d’apprentissage du français et refusons que ce soit un critère d’octroi d’un titre de séjour.

Pour éviter que des milliers de bénévoles et d’apprenants se découragent et que des milliers d’actions d’apprentissage du français disparaissent, nous demandons que soient réunis, territoire par territoire, les organismes qui développent des actions d’apprentissage du français (tous publics et toutes finalités) afin de poser les conditions de la construction de parcours cohérents de formation linguistique pour les personnes migrantes. C’est par ce travail de concertation et de complémentarité, faisant une place à chacun pour un accès universel à
l’apprentissage de notre langue, qu’il sera possible d’en faire un droit respecté et respectueux.

Nous demandons également que les crédits du Ministère de l’Intérieur continuent de soutenir toutes les actions d’apprentissage du français, quels que soient les publics, et que cesse l’instrumentalisation des associations auxquelles il est demandé un travail de tri et demain de fichage des participants à ces actions.

Pour nos associations, la maîtrise de la langue française est un outil puissant de cohésion sociale. L’acquisition de cette maîtrise doit être pensée comme une démarche d’émancipation, d’enrichissement de soi, de développement de la citoyenneté et pas comme une obligation susceptible d’entraîner une sanction : la précarisation du droit au séjour.

Donnons à notre langue la chance d’être un outil de cohésion sociale et refusons de l’enfermer dans une fonction de contrôle, de sélection, et donc d’exclusion.

Lien vers l'article en PDF

Lire la suite
1 2 3 > >>